Martin fourcade prend sa retraite

Fourcade est en concurrence avec le Norvégien Johannes Thingnes Boe depuis le début de la saison pour le titre, la dernière poursuite, samedi, étant décisive pour les deux équipes.

Cependant, Fourcade a décidé de prendre sa retraite et que cette bataille particulière sera sa dernière, annonçant sur les médias sociaux vendredi soir qu’il était arrivé à la conclusion d’abandonner après la course de samedi.

La retraite inattendue de martin fourcade


Fourcade est l’olympien français le plus titré, treize fois champion du monde et détient le record du plus grand nombre de titres de la Coupe du monde avec sept.

La saison dernière, Fourcade s’est battu pour la forme et la condition physique, mais il a réagi avec style cette saison, poussant la nouvelle force dominante Boe à la limite de la Coupe du monde et remportant deux médailles d’or aux Championnats du monde de 2020 à Antholz.

Dans sa déclaration, Fourcade a évoqué la façon dont le sport l’a mis à l’épreuve et a rendu hommage à son équipe de soutien, ainsi qu’à ses amis et à sa famille et à ceux contre qui il a affronté.

Revivez les trois médailles d’or de Martin Fourcade à Pyeongchang 2018Revivez les trois médailles d’or de Martin Fourcade à Pyeongchang 2018
REVIVRE LES TROIS ORS DE MARTIN FOURCADE AU PYEONGCHANG 2018

Il a également souligné ses responsabilités en tant que père, faisant écho à une autre superstar de la neige, Marcel Hirscher, qui a pris sa retraite au début de cette saison.

DÉCLARATION DE MARTIN FOURCADE DANS SON INTÉGRALITÉ

Il y a des décisions qui changent la vie.

Je me suis souvent demandé si c’était le cas lorsque j’ai fait ma première ascension à ski il y a 30 ans dans mes Pyrénées natales. Je pense que j’ai simplement suivi cette piste dans la neige dessinée par mon frère Simon, comme beaucoup de petits frères … J’étais encouragé par ces sensations de glisse et le bonheur d’évoluer dans cet environnement extraordinaire. J’ai aimé cela. Passionnément…

Peu à peu, grâce à des rencontres décisives et pour satisfaire mon goût de la compétition, j’ai commencé à me faire ma propre place. Celle qui m’a façonné en tant qu’athlète mais surtout en tant qu’homme. Celle qui m’a permis de me mesurer, de me mesurer, de savoir qui j’étais. De me construire.

De Vancouver à Oslo, face à Ole Einar Björndalen, Emil Svendsen, Anton Shipulin, Simon Schempp, Johannes Boe et tous mes autres adversaires – trop nombreux pour tous les citer – j’ai réalisé mes rêves et vécu les plus belles émotions. Je me suis battu et j’ai gagné. J’ai aussi souffert. Je suis tombé et je me suis relevé. Surtout, j’ai grandi. En ayant la chance incroyable de voir mon sport grandir. Des audiences extraordinaires à la télévision au succès populaire des Coupes du monde au Grand Bornand, j’ai vécu une formidable ascension en France et ailleurs. Le sport que j’aime, auquel j’ai consacré une belle partie de ma vie, et qui en retour m’a tout donné. C’est tout sur la retraite de martin fourcade :).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *