Tout savoir sur Andy Schleck

ALBI (VN) – En octobre 2009, Andy Schleck était l’invité d’honneur de la présentation annuelle du Tour de France. L’organisateur du Tour l’a emmené à Paris, où un chauffeur l’a attendu pour l’emmener au gala. C’est là qu’Andy Schleck, le populaire dauphin d’Alberto Contador, a prononcé un discours devant la foule.

Deux ans plus tard, Schleck s’est de nouveau rendu à la présentation du Tour en tant que second du Tour, cette fois-ci à Cadel Evans. Cette fois, cependant, la situation était bien différente. Schleck a pris le train jusqu’à Paris et a ensuite acheté un billet de métro. Il a fait le reste du chemin à pied jusqu’à la présentation.

“Je suis assis dans le public, mais c’est toujours la même personne. Alors pourquoi l’avion, le chauffeur et le discours ? Cela ne m’a jamais été destiné”, raconte Schleck à VeloNews, en se remémorant la scène. “Il était destiné à celui qui a gagné le Tour cette année-là. C’est l’étiquette qui est sur vous. Même quand vous avez le maillot jaune du Tour, vous obtenez beaucoup de gloire, mais ce n’est pas à votre égard. C’est pour le maillot et les vêtements que vous portez. Les coureurs ne s’en rendent pas compte. C’est le maillot jaune, le maillot de l’équipe que vous signez.”

Avance rapide de huit ans. Aujourd’hui, Schleck participe régulièrement au Tour de France. Il fait quelques kilos de plus, quelques années plus sage que le jeune homme qui était assis dans le public lors de la présentation du Tour en 2011. Il est également père de famille, avec deux enfants. Et Schleck porte le titre de champion du Tour 2010, un résultat qui lui a été attribué en mai 2012, après que Contador ait été déchu du titre pour dopage.

Dans des interviews, Schleck a minimisé l’importance de cette victoire rétroactive sur le Tour, en disant à Andrew Hood peu après la décision que, “pour moi, ce n’est pas une victoire”.

De nos jours, ce maillot jaune n’a toujours pas beaucoup de valeur pour Schleck. Lorsqu’on lui demande où il se trouve aujourd’hui, Schleck répond sans détour.

“Il n’est même pas accroché quelque part [à la maison]”, a-t-il déclaré. “J’ai un maillot jaune de Fabian [Cancellara] et j’ai le maillot jaune de Frank accroché dans ma boutique. Mon maillot ? Il n’est vraiment accroché nulle part.”

Il y a d’autres moments de la carrière de Schleck qu’il tient au-dessus de cette victoire sur le Tour. En 2011, lui et son frère Frank ont terminé sur le podium avec Evans, respectivement en deuxième et troisième position, après avoir tout donné à l’Australien.

L’attaque en solo d’Andy Schleck lors de la 18e étape du Galibier lui a valu une victoire d’étape et le maillot jaune. Bien qu’il n’ait pas gagné, lui et Frank sont devenus les premiers frères et soeurs à monter sur le podium final du Tour.

“C’est une joie incroyable de se retrouver aux côtés de son frère sur la plus grande étape du monde”, déclare Schleck. “J’étais tellement, tellement fier. On ne peut pas décrire ce que c’est que de monter là-haut. On se sent comme le roi du monde. Et si vous pouvez partager cela avec quelqu’un que vous aimez, vous le doublez, vous savez ? J’ai la chair de poule tout le temps, juste quand j’en parle.”

M. Schleck se dit extrêmement heureux de la façon dont sa vie s’est déroulée depuis qu’il a pris sa retraite en 2014. Lui et son frère possèdent trois magasins de vélos. Il s’exprime également en public sur la question de la transition des athlètes et de la vie au-delà du sport d’élite, des opportunités qui se présentent aux écueils.

Andy Schleck (à gauche) est monté sur le podium du Tour de France avec son frère, Frank, et le vainqueur Cadel Evans en 2011. Photo : Tim de Waele/Corbis via Getty Images
Au moment de sa retraite, M. Schleck en est venu à penser que le sport – et en particulier le Tour de France – devrait faire davantage pour aider les athlètes à se développer en tant que personnes tout au long de leur carrière, afin qu’ils aient davantage de possibilités professionnelles lorsqu’ils prendront leur retraite.

“C’est important. Si je peux aider un homme à avoir une vision claire de l’après cyclisme, j’aurai fait mon travail”, a-t-il déclaré. “Mais je ne suis pas une institution. Il n’y a pas de programme de ce type dans le domaine du cyclisme”.

M. Schleck pense que les organisateurs du Tour, Amaury Sports Organisation (ASO), devraient montrer la voie en créant une fondation qui apporterait une aide financière aux coureurs une fois qu’ils auront pris leur retraite. Cette fondation pourrait orienter le parcours des coureurs en tant que personnes, et pas seulement des cyclistes, pendant et après leur carrière professionnelle.

“Disons que 0,5% de leurs revenus soient reversés à une association qui se consacre au soutien des coureurs”, dit-il. “Ils sont tous humains. Ils se lèvent tous, vont aux toilettes, mangent, font un compte-rendu, ont des doutes, des craintes, tout”.

Schleck dit que sa propre transition vers la vie qu’il apprécie maintenant n’a pas été facile. Il avait besoin de temps pour s’éloigner du sport, dit-il ; et il l’a pris. En retour, il a aussi réalisé qu’il avait besoin de trouver une nouvelle identité. Il ne voulait pas se retrouver dans la masse croissante d’anciens athlètes ou de retraités.

Pour Schleck, les retombées des scandales de dopage qui pesaient sur sa génération sont devenues un bruit constant dont il devait s’éloigner. Dans une interview accordée à VeloNews en 2018, M. Schleck a déclaré qu’il avait fait preuve d’une grande propreté au cours de sa carrière.

“J’avais besoin de temps pour comprendre”, dit Schleck. “Beaucoup de choses sont arrivées après ma carrière et vous devez juste l’accepter. La vie n’est pas juste, et c’est normal. Je devais trouver quelle serait ma prochaine compétence. Cela peut changer avec le temps et à plusieurs reprises, mais assez rapidement, j’ai trouvé une nouvelle identification supplémentaire.

L’attaque de Schleck sur le Tourmalet a conduit à l’une des étapes les plus dramatiques de la mémoire récente du Tour. Photo : Tim de Waele/Corbis via Getty Images
“Le plus important [après la retraite] est que vous redéfinissiez votre identité ; que vous ne la perdiez pas. Vous êtes “là-haut” [dans le sport], et soudain vous pensez que vous êtes “en bas” parce que vous n’avez plus votre vélo, ni les maillots et l’équipe auxquels vous vous identifiez. J’ai compris cela. Je suis une personne vraiment heureuse.”

Lorsque le peloton du Tour de France remontera le Tourmalet samedi, M. Schleck a admis qu’il ressentira probablement une certaine angoisse. C’est ce sentiment de “si seulement”, comme il se souvient de son héroïsme dans la montée en 2010, quand il a gagné l’étape devant Contador. Il sourit, et appelle cela un soupçon de “mélancolie”.

Il sait que ce n’est qu’une émotion passagère, que le tableau d’ensemble de sa vie attend encore d’être peint.

A mi-chemin de notre entretien, Schleck tend la main pour serrer celle d’un passant. Il s’agit de Contador, qui est maintenant un habitué du Tour de France à la retraite.

“Tout change dans la vie. Cela ne me manque pas du tout”, dit Schleck. “Ce qui me manque, c’est d’être assis ici. Maintenant il est [Contador] là, tout comme Stuey [O’Grady]. Si je vois quelqu’un maintenant, je parle. C’est la seule chose qui me manque. Ou, peut-être le chèque de paie.”

Schleck rit. Sa “vie actuelle” lui fait signe, et heureusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *